Objectif 100% local, zéro gaspi
Tourisme
12 novembre 2015

Projet de Tosse : le dialogue avec le public est lancé

Près de 900 personnes se sont déplacées lundi soir à la salle polyvalente de Tosse pour se faire une idée sur le projet d'aménagement touristique, résidentiel et golfique. L'enjeu est de taille: 200M€ d'investissements en travaux et 800 emplois créés.
2224 vus
© S. Zambon | Dpt 40© S. Zambon | Dpt 40

Première réunion publique organisée dans le cadre du dialogue territorial, lundi dernier à la salle polyvalente de Tosse où s'étaient massés près de 900 personnes. L'occasion de présenter le projet dans toutes ses dimensions. Et d'abord toursitique à dominante golfique. Avec 2 parcours de 18 trous, un de 9 trous, une académie avec un parcours d'initiation de 6 trous, des résidences hôtelières, un hôtel-spa 4* de 80-100 chambres et 100 à 150 villas en bordure d'un des golfs, il s'agit de créer une destination unique en France  « à la taille critique suffisante pour devenir une motivation de séjour à part entière et être en position de force sur le marché touristique national et international», a expliqué Loïc Chateau, directeur du tourisme au département, soulignant que 30% des 8 millions de golfeurs en Europe voyagent pour découvrir de nouveaux parcours. C'est un projet de resort « unique en France par les prestations envisagées », comme l'a écrit la semaine dernière à Henri Emmanuelli le président de la Fédération française de golf, Jean-Lou Charon, qui soutient l'idée depuis les débuts en vue de la renommée Ryder Cup qui aura lieu à Guyancourt (Yvelines) en 2018.

500 logements permanents

Mais le projet de Tosse, ce n'est pas seulement un complexe golfique. C'est aussi un projet d'habitat. Environ 500 logements permanents où les investisseurs privés auront l'obligation de fournir 25 à 30% de logements sociaux seront également construits. Façon de « répondre à un manque en matière de logements abordables », a précisé Eric Kerrouche, président de la communauté de communes Macs. Côté investisseurs, rien n'est encore arrêté puisque le projet n'est pas encore validé, mais la Société nationale immobilière, le groupe Bouygues, un Suédois et un Britannique ont déjà demandé des dossiers d'information, a précisé M. Emmanuelli qui a passé la soirée à démonter les « fausses informations » sur un projet, qui fera l'objet d'une première évaluation par les élus au printemps 2016, après les résultats des études en cours et le bilan du dialogue territorial.

A l'un dénonçant le bétonnage de la côte, ou l'autre pointant du « tourisme de luxe sauce californienne » avec « les deniers des Landais », le président du Conseil départemental a souligné que pour tout hectare de forêt détruite, le double serait planté : « cette grande et belle tache verte sur la carte de France et d'Europe est notre principal atout », a-t-il dit, « agacé d'entendre dire qu'on avait bétonné le littoral landais » et conseillant à tous d'aller voir cette vidéo vue du ciel.

"Moliets n'a pas coûté un euro aux contribuables"

Il est aussi longuement revenu sur l'exemple de Moliets il y a 35 ans : « J'ai vu à l'époque se lever des gens dans la salle du Conseil général, en disant le golf c'est fait pour les riches ! Mais la notoriété de l'architecte et de son golf ont permis le développement de la station. 15 000 lits! Et ça n'a pas coûté un seul euro au contribuable landais, le solde est même positif ! ». Avant d'expliquer le modus operandi qui sera calqué pour Tosse si le projet est validé : « on achète les terrains en faisant des prêts bancaires au taux du marché, on réalise les équipements, la voirie, l'électricité, la station d'épuration... et à la fin et même avant, on revend ces terrains et avec le prix de leur vente, et non pas avec l'argent du contribuable comme c'est dit depuis des mois, on finance, et la construction des golfs et les équipements publics ». Le fonds d'investissement national pour le tourisme devrait aussi être mis à contribution côté subventions.

« Est-ce qu'on peut affirmer d'emblée que ça marchera ! Non, on ne sait pas », a reconnu M. Emmanuelli devant une salle attentive, souvent interrogative, parfois critique mais qui l'a chaleureusement applaudi à plusieurs reprises. Mais « si on fait du surplace ça veut dire qu'on recule ! », a-t-il ajouté, relayé en ce point par Patrick Lalanne, le président de la Capeb, qui a souhaité que les artisans landais aient leur part si le projet se réalise. Quant à Philippe Jacquemain, président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), il a clairement apporté son soutien au projet : « il faut dans les Landes des projets de cette dimension pour continuer à doper notre économie ».

Durant les 5 à 7 ans que dureraient les travaux, l'impact économique serait de 200 millions d'euros et 815 emplois. Une fois en place, l'exploitation devrait générer autour de 35 millions d'euros annuels de retombées et 495 emplois équivalent temps plein dont 150 emplois directement rattachés à ces équipements nouveaux. 

► Consultez le site web de dialogue territorial sur le projet de pôle résidentiel, touristique et golfique de Tosse : dialogue-territorial-tosse.fr 

COMMENTAIRES (1)

Le golf est une activité sportive en plein essor. Le projet de Tosse est une aubaine pour la région Sud Landes.
yaya
 

ARTICLES LES PLUS LUS

Tourisme 26 janvier 2017

Le tracé landais de La Scandibérique à...

Tourisme 12 juillet 2018

Le moulin de Bénesse-Lès-Dax, le seul...

Tourisme 31 mai 2018

Vélolandes en piste

Tourisme 09 octobre 2014

Le pôle touristique de Tosse prend son élan

Tourisme 12 novembre 2015

Projet de Tosse : le dialogue avec le...

Tourisme 28 avril 2016

Année 2015 record pour le tourisme dans les...

Tourisme 19 décembre 2014

Pôle résidentiel, touristique et golfique...

Tourisme 26 juin 2014

Hervé Bouyrie : « Vers un tourisme de...