Village Landais Alzheimer
Sport
06 juillet 2014

"Oublier qu'on est handicapé" grâce au sport

Au programme de la journée Handilandes de Morgan, canoë, randonnée et VTT. Une façon de faire de nouvelles rencontres et de ne pas rester tourné vers son handicap.
1045 vus
© JD© JD

Le mot "travailleur handicapé" utilisé dans le monde des Etablissements et services d'aide par le travail (ESAT) ne lui plaît guère. "Désuet et péjoratif", pense-t-il. A 22 ans, Morgan Gomez, originaire de Toulouse, est "ouvrier" aux jardins de Nonères de Mont-de-Marsan. Ce mercredi-là, il est à Soustons avec une vingtaine de ses collègues pour HandiLandes. Au programme de cette journée Sport et Handicap, canoë, randonnée et VTT.

Des jours comme ça, "on oublie qu'on est handicapé, c'est ça qui est beau", dit-il derrière ses lunettes de soleil, avant d'aller pagayer.

Morgan est photophobe, né avec une malformation de l'iris, de grands-parents aveugles et de père et mère mal-voyants. Son handicap oculaire, il s'en accommode et rigole de sa petite "brioche au ventre qui le dérange plus"... même s'il angoisse pour l'opération qu'il doit subir mi-juillet "pour remettre ses yeux droits et qu'ils ne vibrent plus". "J'y vais à reculons", dit-il, profitant à plein de cette journée de sport "bonne pour le moral", "une belle preuve de solidarité et d'amour" car "on a tous un cœur et un cerveau".

Rencontrer des gens ayant d'autres problèmes, ne pas rester tourné vers son handicap, échanger avec des "gens ordinaires"... Morgan qui joue au basket en sport adapté, aimerait d'ailleurs pouvoir dribbler avec n'importe qui en club.
A l'atelier reliure et plastification de livres où il travaille, pour les médiathèques du département notamment, sa monitrice Charlyne Avignon loue ses "capacités énormes". "Il déborde d'énergie".

"On est tous doués à sa façon" et "Nonères reste un tremplin", avoue l'intéressé à la maturité impressionnante. Et de rêver d'informatique et de téléphonie, tout en parlant avec gourmandise de ses stages en cuisine des années passées, en spécialiste du millefeuilles-minute aux fraises et de la tarte alsacienne. "Je voulais être restaurateur mais ça demande trop de vitesse d'exécution", déplore-t-il. Espoirs déçus dans une société où le handicap "fait peur".

Des sentiments qu'il décline dans son autre passion, la musique, avec sa compagne et un ami. Clef de sol et nom de scène "M-GAN" tatoués sur l'avant-bras gauche, son "rap mélancolique" avec "ses mots du cœur" comme il dit, est devenu un échappatoire. "Handicap, handicap, avec un regard de chacal, pourquoi les gens me regardent mal? Handicap, handicap, je vide mon sac, je préfère rester dans ma baraque"... Des textes qui claquent. Comme sa rame sur le lac.

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Sport 30 octobre 2017

Surf : les Landes, destination JO-2024 !

Sport 10 décembre 2015

Surf : les Mondiaux 2017 dans les Landes?...

Sport 05 octobre 2015

30 ans de randonnées, ça se fête !

Sport 13 mai 2015

Les Tinhous vainqueurs du XL Raid des grands...

Sport 02 juillet 2014

Des écoles de surf de haute qualité

Sport 06 juillet 2014

"Oublier qu'on est handicapé" grâce au sport

Sport 30 janvier 2015

Les « givrées » tiennent leur Cap Horn

Sport 03 décembre 2018

Pour une pratique du sport encore mieux...