Culture en Herbe - Saison 6
Société
06 décembre 2017

Enfant prodige battue devenue médecin de la douleur

C'est un témoignage bouleversant qu'a livré le médecin Céline Raphaël en ouverture des 14e Journées landaises de protection de l'enfance à Morcenx. Récit d'une vie d'enfant battue par un père insoupçonnable, la maltraitance touchant tous les milieux sociaux, sans exception.
4464 vus
©  S. Zambon | Dpt 40© S. Zambon | Dpt 40

C'est un témoignage bouleversant qu'a livré le médecin Céline Raphaël en ouverture des 14e Journées landaises de protection de l'enfance à Morcenx. Récit d'une vie d'enfant battue par un père insoupçonnable, la maltraitance touchant tous les milieux sociaux, sans exception.

Elle est arrivée dans les Landes « un peu déprimée » par les propos de collègues de l'hôpital Necker à Paris où elle est médecin de la douleur. Voilà dix jours qu'une fillette y est hospitalisée avec des douleurs diffuses, et sans doute des coups de ceinture par sa mère. Entendre dans ce grand hôpital pédiatrique, les mots « ce n'est pas si grave », « c'est une famille du (très chic) 16e arrondissement », « un mode d'éducation dans ces milieux », l'a profondément choquée.

« Petite bourgeoise gâtée pourrie »

Cette histoire résonne en elle, la petite pianiste prodige, battue par un père claquant sa ceinture sur son corps si frêle à la troisième fausse note lors de longues séances quotidiennes dès 3-4 ans, lui qui, en fils de mineur de fond, n'avait pu jouer qu'à l'accordéon, « le piano du pauvre ». Un homme forcément hors de tout soupçon puisqu'il était sorti major de la prestigieuse école des Mines et diplômé de Sciences Po. Alors quand Céline Raphaël refusait d'aller en cours de piscine, son professeur ne voyait en elle que la fille du brillant et respecté directeur d'usine du village auvergnat, la traitant de « petite bourgeoise gâtée pourrie » : elle, ne cherchait qu'à cacher ses hématomes et bleus au corps. Souvent privée de nourriture (sa mère qui se tait et sa sœur terrorisée lui en apportaient en cachette), elle est humiliée (son père va jusqu'à lui raser les cheveux quand il ne les lui tirait pas pour la traîner au sol), et devient anorexique (« ça, mon père ne pouvait pas le contrôler ! »).

« 45 heures de piano par semaine »

Le sentiment de culpabilité et le silence pesant ont longtemps prévalu, jusqu'à l'écoute et l'attention portées par une infirmière scolaire en seconde, à la faveur d'un déménagement dans les Yvelines et leur anonymat libérateur. « Je fais 45 heures de piano par semaine » : ces mots inscrits sur sa fiche de renseignement mettent la puce à l'oreille de « Madame Marion », en plus de la maigreur et des sautes d'humeur de la jeune fille jusque là passées inaperçues... En pleine Coupe du monde de football 1998, Céline qui craint la destruction de la famille par sa faute, n'a alors aucune idée de la suite, de la brigade des mineurs, des placements, et pense bientôt vivre chez sa tante, à l'abri de son monstre de père. Mais elle atterrit dans une famille d'accueil dont les parents parlent à peine français, avant d'être transférée ailleurs puis dans un foyer de semi-délinquantes faute de place.

« Les placements m'ont sauvé la vie »

Là, elle doit se lever à 4 h 30 pour être à l'heure au lycée - son « oxygène » - avec médecine en ligne de mire, alors que les « copines » écoutent Skyrock en se faisant des brushings jusqu'à 2 h du matin... Malgré ces lourdes défaillances, « les placements m'ont sauvé la vie », assure cette battante sans pathos, qui a souvent cru mourir sous les coups du paternel, condamné à 18 mois de prison avec sursis. « Etre née dans un milieu très favorisé est un frein pour être repéré tôt et s'en sortir avec moins de séquelles », explique-t-elle aujourd'hui à longueur d'interventions et de colloques, « ça rassure tout le monde de se dire que la maltraitance ne concerne que les classes défavorisées ».
Grâce à la médiatisation de son livre La Démesure (Ed. Milo), son vécu et sa « connaissance des failles du système au plus profond », Céline Raphaël a oeuvré à la loi 2016 de lutte contre les violences faites aux enfants, améliorant le dépistage de la maltraitance ou s'intéressant à la situation du reste de la fratrie jusque là ignorée. Cette « éternelle optimiste utopiste » qui réussit aujourd'hui, malgré tout, à jouer du piano par plaisir, est désormais en lutte pour les autres.

COMMENTAIRES (5)

Quelle souffrance passée inaperçue, un poignant témoignage, et oui cela existe aussi dans des familles aisées pour avoir travaillé dans le milieu de l'enfance maltraitée Il faut parler, ne pas rester sans voix, savoir écouter les paroles d'enfants et adolescents en souffrance, un parent qui appelle au secours, tous ces mots et gestes prenez les en compte et on évitera des drames. Surtout ne pas rester indifférent
mimi40
La maltraitance , la violence envers femmes ou enfants est l 'affaire de tous . Mieux nous seront informés mieux nous serons attentifs aux autres et oserons intervenir auprès des services compétents . Il ne faut pas rester indifférents ;
LILY
Bravo, bravo à cette courageuse jeune femme qui a réussi à s'en sortir et qui oeuvre pour que d'autres enfants puissent être sauvés de la maltraitance qu'ils subissent de la part de leurs parents soi-disant insoupçonnables et intouchables. Avec toute ma sympathie et mon admiration pour votre témoignage.
Marie
La maltraitance est une blessure invisible une meurtrissure qui va créer des traumatismes profonds indélébiles ou l'enfant devenu adulte devra réparer et se servir de ce fameux levier de cette fameuse force "résilience", faut-il toujours stigmatiser une certaine population les plus défavorisés , il est probablement plus facile de la nommer , le placement peut aussi sauver des vies notre département est bel exemple dans ce domaine . ce témoignage est émouvant touchant et difficile de lire car celui-ci peut-faire écho mais aussi plein d'espoir c'est probablement une des clefs de L'humanité qui parfois s'est déshumanisée . merci
channy
J’espère que ce genre de comportement des parents ,des personnels des hôpitaux, écoles et autres services de notre société, deviendra exceptionnel et sera réprimé à auteur des préjudices causés. Bonjour
GdesLandes
 

ARTICLES LES PLUS LUS

Société 17 mai 2017

Henri Emmanuelli, immortel à l’Assemblée...

Société 27 septembre 2018

Les Jardins de Nonères essaiment dans le...

Société 01 décembre 2016

Le Village Landais Alzheimer prend forme

Société 06 décembre 2017

Enfant prodige battue devenue médecin de la...

Société 06 octobre 2016

L'Institut du thermalisme de Dax
au...

Société 15 novembre 2017

« La Petita Moleta », l’insertion se met...

Société 20 octobre 2016

Menus 100 % landais au collège de Tartas...

Société 22 mars 2018

Hommage à Henri Emmanuelli un an après sa...