Exposition Les Mille et une vies du Samadet - 20 mai 2017 au 30 novembre 2018
Société
13 mars 2018

Mineurs non accompagnés : Un cri d'alarme envers l'État

En 2016, 90 jeunes fuyant leurs pays en proie à la guerre ou à l'extrême pauvreté, ont été confiés au Conseil départemental. Ils étaient 160 en 2017. Une situation de plus en plus compliquée à gérer.
387 vus
240 mineurs non accompagnés sont pris en charge dans les Landes © Sébastien Zambon | Dpt40240 mineurs non accompagnés sont pris en charge dans les Landes © Sébastien Zambon | Dpt40

En 2016, 90 jeunes fuyant leurs pays en proie à la guerre ou à l'extrême pauvreté, ont été confiés au Conseil départemental. Ils étaient 160 en 2017. Une situation de plus en plus compliquée à gérer.

Depuis novembre, le nombre de « mineurs non accompagnés » (MNA) a explosé, jusqu'à 240 pris en charge début février, essentiellement via la cellule nationale. Mais des jeunes, souvent déjà adultes venus du Mali ou de Guinée, arrivent désormais directement par les commissariats de Dax et Mont-de-Marsan, posant la question de réseaux organisés.

Réseaux organisés

Ces arrivées imprévisibles entraînent une modification profonde des missions du Pôle Protection de l'Enfance et un coût important, sachant que la charge annuelle pour un jeune étranger est de 60 000 € par an comme pour tout autre jeune confié (logement, nourriture, éducation). Devant l'afflux (73 primo-arrivants en janvier), des solutions d'urgence ont dû être trouvées : accueil à l'hôtel ou en établissement pour personnes âgées. Dans ces conditions, Xavier Fortinon et quatre autres présidents de Conseils départementaux de Nouvelle-Aquitaine (Lot-et-Garonne, Gironde, Haute-Vienne et Dordogne) ont écrit au Premier ministre fin janvier pour lancer un cri d'alarme. 

Mobilisation

Ils demandent l'ouverture d'une négociation financière avec l'Etat qui doit assumer notamment une partie du coût de la prise en charge du temps d'évaluation de ces jeunes, soit 1 milliard d'euros au plan national. Ils souhaitent aussi une remise en cause de la présomption de minorité qui fonde aujourd'hui l'orientation des jeunes vers l'aide sociale à l'enfance, plaidant pour le démantèlement des filières clandestines.

Xavier Fortinon et quatre autres présidents de Conseils départementaux ont écrit au Premier ministre fin janvier pour lancer un cri d'alarme.

En parallèle, Xavier Fortinon, le député Boris Vallaud et une délégation d'élus ont rencontré, le 10 février, des mineurs non accompagnés à l’ASAEL de Saint-Sever. Pour réaffirmer leurs valeurs humanistes et de solidarité, et saluer la mobilisation des structures médico-sociales dans cette situation difficile.

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Société 17 mai 2017

Henri Emmanuelli, immortel à l’Assemblée...

Société 27 septembre 2018

Les Jardins de Nonères essaiment dans le...

Société 01 décembre 2016

Le Village Landais Alzheimer prend forme

Société 06 décembre 2017

Enfant prodige battue devenue médecin de la...

Société 06 octobre 2016

L'Institut du thermalisme de Dax
au...

Société 15 novembre 2017

« La Petita Moleta », l’insertion se met...

Société 20 octobre 2016

Menus 100 % landais au collège de Tartas...

Société 22 mars 2018

Hommage à Henri Emmanuelli un an après sa...