Exposition Les Mille et une vies du Samadet - 20 mai 2017 au 30 novembre 2018
Parti pris
08 octobre 2015

Sur les berges de l'Adour, la voie de la raison...

"L'heure n'est plus à la polémique mais à l'action" explique le président du Conseil départemental des Landes, au lendemain du vote maintenant l'intégrité de la Communauté de communes du Seignanx.
3936 vus
Laminoir des Landes - Tarnos © Google EarthLaminoir des Landes - Tarnos © Google Earth

Mardi soir, les élus communautaires du Seignanx ont voté en faveur du maintien de leur Communauté de communes.

Le Seignanx reste au Seignanx !

J’ai peine à croire que certains aient pu ne serait-ce qu’imaginer la viabilité d’un autre scénario pour cette Communauté de communes.

Je me suis parfois demandé en observant les débats s’il s’agissait toujours de politique ou s’il ne valait pas mieux faire appel à la médecine. Je ne suis pas allé plus avant dans cette réflexion de peur d’être contraint de délivrer des ordonnances !

Soyons sérieux.

Le Seignanx est en passe d’accueillir de nombreux projets d’investissement et pas des moindres : un laminoir sidérurgique et peut-être même trois au total ; la montée en puissance maximale de l’aciérie ; un centre mondial de maintenance de Turbomeca, les Allées Shopping à Ondres, une école de formation aux métiers de la métallurgie aéronautique... 

Chacun sait combien, en matière de développement économique, l’investissement est important.

Depuis 2008, comme les autres, nous avons été dans les Landes durement secoués par la crise économique et financière. En particulier dans ce territoire où d’importants projets ont été stoppés net à l’époque.

Ce n’est pas au moment où l’on entrevoit la sortie du tunnel, qu’il faut lâcher la barre.

Bien sûr la pression fiscale est un sujet légitime de préoccupation pour nos concitoyens. Un effort est demandé aux habitants du Seignanx à travers la taxe d’enlèvement sur les ordures ménagères.

Mais si le territoire avait été démantelé pour rejoindre d’autres établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), notamment l’Agglomération Côte Basque-Adour (ACBA), chacun sait que la fiscalité des ménages aurait été « in fine » aussi élevée voire plus élevée qu’elle  le sera avec la taxe adoptée mardi.

C’est donc bien la voie de la raison, qui a fini par s’imposer.

Il reste maintenant à panser les plaies de cet épisode malheureux et à enclencher une nouvelle dynamique collective. Je m’y emploierai.
Le Département sera aux côtés du Seignanx comme il l’a toujours été.

Dans l’intérêt de ses habitants, dans l’intérêt des Landes et de notre pays  

L’heure n’est plus à la polémique, elle est à l’action.

  • EMMANUELLI Henri
    EMMANUELLI Henri
    Député, Président du Département des Landes
 

ARTICLES LES PLUS LUS

Parti pris 01 octobre 2015

Projet de Tosse: "La réalité telle qu'elle...

Parti pris 08 octobre 2015

Sur les berges de l'Adour, la voie de la...

Parti pris 24 juin 2014

Landes Estivales

Parti pris 30 septembre 2014

De la réforme territoriale

Parti pris 02 avril 2015

Emmanuelli réélu à la tête du nouveau...

Parti pris 13 janvier 2015

2015 : Emmanuelli fait le vœu d'un...

Parti pris 16 janvier 2018

« La solidarité sera au cœur de notre...