Entre ciel, terre et mer
Parti pris
24 juin 2014

Landes Estivales

En 2014, le Conseil général soutient une trentaine de festivals, de taille et de genre très différents. Près d’un million d’euros de subventions matérialisent cet engagement auprès des organisateurs, des artistes et des publics.
1445 vus
Photo S. Zambon - CG40Photo S. Zambon - CG40

Précisons d’emblée qu’il s’agit là d’un choix de l’Assemblée Départementale, rendu possible grâce à la clause de compétence générale, qui autorise notre collectivité à agir sur son territoire dans des domaines qui ne lui sont pas explicitement réservés.

La culture est en effet,  jusqu’à nouvel ordre, une compétence partagée entre l’Etat et les différents niveaux de collectivités. Depuis 30 ans, la décentralisation culturelle s’est d’ailleurs appuyée sur la décentralisation politique, produisant des effets positifs en termes d’aménagements culturels du territoire, de renouvellement des publics, et de soutien à la création.

Dans ce concert, les Départements, dont on nous dit qu’ils sont voués à disparaître, jouent une partition essentielle : ils développent et accompagnent des politiques culturelles de proximité, tout en structurant des relations partenariales indispensables.
 Scier l’un des barreaux de l’échelle territoriale reviendrait donc à rompre  cet équilibre subtil et fragile dont dépend de nombreuses manifestations, en particulier dans les zones rurales où les communes ne sont pas en capacité d’assumer seules le coût d’un festival.

On pourra m’objecter qu’en temps de crise et de disette budgétaire, la culture est un luxe, qui coûte cher.  
Ce serait ignorer  que les manifestations culturelles, et en particulier les festivals soutenus par les collectivités publiques, génèrent des retombées économiques  pour les territoires concernées : entre 4 et 10 euros pour 1 euro investi, d’après une étude publiée en janvier dernier par l’inspection générale des finances et l’inspection générale des affaires culturelles. Les deux inspections ont également établi une corrélation positive entre l’implantation d’un festival et le développement socio-économique d’un territoire.

Il en va des réformes  comme de la programmation d’un festival : mieux vaut y réfléchir à deux fois et ne pas toujours céder aux sirènes de l’opinion sondagière…

  • EMMANUELLI Henri
    EMMANUELLI Henri
    Député, Président du Département des Landes
 

ARTICLES LES PLUS LUS

Parti pris 08 octobre 2015

Sur les berges de l'Adour, la voie de la...

Parti pris 01 octobre 2015

Projet de Tosse: "La réalité telle qu'elle...

Parti pris 24 juin 2014

Landes Estivales

Parti pris 30 septembre 2014

De la réforme territoriale

Parti pris 02 avril 2015

Emmanuelli réélu à la tête du nouveau...

Parti pris 13 janvier 2015

2015 : Emmanuelli fait le vœu d'un...

Parti pris 16 janvier 2018

« La solidarité sera au cœur de notre...

Parti pris 28 mai 2019

Les bénévoles du Village Alzheimer /...