Rechercher un(e) assistant(e) maternel(le) dans les Landes
Parti pris
13 janvier 2015

2015 : Emmanuelli fait le vœu d'un département «locomotive » de projets

Lors de ses vœux lundi, le président du Conseil général a longuement salué "l'élan magnifique" de la marche historique post-attentats dans une "République qui patine" sur l'intégration. Il en a aussi profité pour faire une revue des projets que le département entend impulser.
1064 vus
© Sébastien Zambon© Sébastien Zambon

« Etre capable à partir de sa diversité de se rassembler pour produire quelque chose d'universel », « c'est peut-être ça le vrai génie de notre pays ». Après les marches qui ont réuni des millions de personnes à travers la France - et le monde - dimanche, Henri Emmanuelli s'est dit « heureux et dubitatif » : « comment ce peuple si divisé par moment, si divers dans ses valeurs, ses croyances, ses origines, ses convictions, arrive-t-il à coaguler comme ça ? » Et désormais, « que va-t-on faire de cet élan magnifique ? Va-t-on être capable de se poser un certain nombre de questions et remettre en marche la République qui patine » sur l'intégration ou l'éducation, quand par exemple « une partie de la jeunesse reste au bord du chemin » ? Il faudra en tout cas « garder la tête froide comme parlementaire » sur ces sujets compliqués comme sur celui de la sécurité sans quoi « la liberté n'existe pas », a souligné le député.

Devant les nombreuses personnalités landaises réunies lundi à Mont-de-Marsan pour ses voeux, le président du Conseil général s'est ensuite penché sur son département, « un des plus attractifs de France », où la population croît de 1,5% par an (contre 0,5% au niveau national et 0,8% au niveau régional). Sur un budget global de 450 millions d'euros, l'investissement, à hauteur de 120 millions, « n'a jamais été baissé, mais maintenu et même augmenté » avec un « contribuable landais qui paie le moins d'impôt d'Aquitaine », a-t-il martelé, rappelant toutefois que plus de 30.000 personnes sont ici au chômage et que 2014 a été difficile dans l'industrie du bois, le papier, le BTP ou le surfwear.

Dans ce contexte, le département doit continuer à « être une locomotive » et impulser des politiques de développement quand le privé ne le fait pas. Que ce soit dans l'agroalimentaire avec le projet AgroLandes à Haut-Mauco, ou dans le tourisme avec le pôle golfique à Tosse et la vague artificielle à Saint-Geours-de-Maremne. L'occasion de défendre aussi la zone Atlantisud, souvent décriée comme « la danseuse du Conseil général », mais qui aujourd'hui accueille 35 entreprises et 700 emplois avec une moitié des terrains vendus et désormais un feu vert du Conseil d'Etat pour l'ensemble commercial.

Quant à la réforme territoriale, Henri Emmanuelli qui n'a pas encore dévoilé ses intentions sur sa candidature aux élections départementales, a pronostiqué que, dans les lois à venir sur les compétences du département, il n'y aurait finalement pas de grandes différences sur le fond. « Le département n'est pas mort ! ».

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Parti pris 01 octobre 2015

Projet de Tosse: "La réalité telle qu'elle...

Parti pris 08 octobre 2015

Sur les berges de l'Adour, la voie de la...

Parti pris 24 juin 2014

Landes Estivales

Parti pris 30 septembre 2014

De la réforme territoriale

Parti pris 02 avril 2015

Emmanuelli réélu à la tête du nouveau...

Parti pris 13 janvier 2015

2015 : Emmanuelli fait le vœu d'un...

Parti pris 16 janvier 2018

« La solidarité sera au cœur de notre...