Entre ciel, terre et mer
Environnement
10 octobre 2018

Agrolandes : une étude pour valoriser les eaux usées

Ne plus considérer les eaux utilisées dans l'agro-industrie comme de simples eaux usées, mais se dire que son entreprise ou exploitation est productrice d'eaux à traiter. Cet enjeu est au cœur d'une étude lancée par Agrolandes avec un spécialiste du secteur, Ecofilae.
1555 vus
© S. Zambon | Dpt40© S. Zambon | Dpt40

Ne plus considérer les eaux utilisées dans l'agro-industrie comme de simples eaux usées, mais se dire que son entreprise ou exploitation est productrice d'eaux à traiter. Cet enjeu est au cœur d'une étude lancée par Agrolandes avec un spécialiste du secteur, Ecofilae.

Si « l'eau est est rare, les eaux usées sont abondantes ». Partant de ce constat, Ecofilae, une start-up de Montpellier ayant obtenu le prix Clean Tech 2015 lors de la COP21, s'est lancée depuis 2014 dans le défi de l'économie circulaire de l'eau, pour multiplier les programmes de valorisation des eaux usées traitées qui jusqu'ici, plafonnaient à 0,5 % des volumes utilisés. Laver les voiries, irriguer, arroser des golfs, recharger des nappes et rivières ou encore faire produire de l'eau potable... « Tout est possible avec les eaux usées », assure-t-on chez Ecofilae qui aide les entreprises et collectivités, y compris à l'international, à faire le diagnostic des ressources cachées de leurs eaux.

Construire des cycles vertueux

La société de conseil a été mandatée par Agrolandes pour mener une étude dans le département. « Chaque projet est lié aux particularités du territoire », explique Nicolas Condom, le président-fondateur qui salue « la dynamique et la fraîcheur très intéressante » du technopôle landais. Venu le 3 octobre à Haut-Mauco rencontrer Agrolandes Entreprises, qui regroupe 38 PME et grands groupes landais dans l'agriculture, l'agro-alimentaire, la forêt ou la chimie verte, le dirigeant prévient : « la réutilisation des eaux, c'est un mariage entre des sources et des usages, on doit aboutir à des scénarios sur les filières pour orienter les entreprises avec des réponses concrètes, mais la solution clef en main n'existe pas ». Car pour que cela marche, il faut que les eaux soient traitées en fonction de l'usage qui en sera fait, et donc, « les entreprises doivent travailler en synergie, en apprenant à faire quelque chose qu'elles n'aiment pas faire : regarder autour d'elles », poursuit Nicolas Condom. Pour une réutilisation performante des eaux usées traitées, le terrain de jeu c'est donc le territoire. « Il faut s'ouvrir à une logique 'zéro rejet', c'est-à-dire une redistribution totale des rejets sur le territoire » afin de « construire un cycle vertueux qui soit d'une durabilité incontestable ». Au travail !

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Environnement 17 novembre 2016

A Capbreton, la dune protégée par des...

Environnement 07 avril 2016

Des chantiers citoyens pour nettoyer les...

Environnement 26 avril 2018

Participez au nettoyage de printemps des...

Environnement 07 juin 2017

L’EcoTribu, vers la fin du gaspillage au...

Environnement 19 janvier 2017

Objectif zéro phyto dans les espaces publics

Environnement 25 novembre 2015

Prévention des déchets : les Landais plus...

Environnement 10 octobre 2018

Agrolandes : une étude pour valoriser les...

Environnement 26 mai 2015

Expo 24h Chrono : gagner chaque jour la...