Jardins de Nonères - Foire aux plantes du 20 au 22 octobre 2017
Economie
12 octobre 2017

Crise aviaire/indemnisations : les Landais lancent « l'appel de la Chalosse »

Plus de 600 éleveurs, gaveurs, salariés agricoles, chefs d'entreprise ou simples citoyens, ainsi qu'une centaine d'élus de tous bords étaient réunis samedi 7 octobre à Castelnau-Chalosse pour un cri d'alarme aux pouvoirs publics.
1211 vus
©  S. Lafourcade | Dpt 40© S. Lafourcade | Dpt 40

« La filière est à genoux, la reprise d'activité est difficile, c'est la conséquence directe de la gestion sanitaire de l'Etat et du manque de reproducteurs. L'indemnisation des pertes économiques est vitale. Quelles que que soient nos convictions politiques, il est légitime de demander à l'Etat de ne pas se cacher derrière l'Europe et de prendre ses responsabilités », a attaqué d'emblée Xavier Fortinon, sur la place de Chalosse de Castelnau devant la foule réunissant des producteurs, les syndicats (FDSEA, JA-40, Modef), une centaine d'élus de gauche et de droite et des dirigeants comme le président du groupe coopératif Maïsadour ou le DG de Lafitte Foie gras.
« Les non décisions de l'Etat en février, nous les payons aujourd'hui (…) et les pouvoirs publics nous abandonnent en rase campagne ! », a aussi dénoncé François Lesparre (FDSEA).

Aller ensemble à Bruxelles si nécessaire

Alors que le 29 mai a été déclaré date officielle de reprise de production post-vide sanitaire signifiant la fin des indemnisations, nombre d'éleveurs-gaveurs ont mis des semaines, parfois des mois après cette date, à accueillir leurs premiers canetons, les accouveurs ayant aussi été décimés l'hiver dernier. Et c'est toute la filière jusqu'aux entreprises de l'aval qui est impactée.
Pour mieux respirer, estiment les professionnels du secteur avicole landais aux 6 000 emplois, il manque environ 30 millions d'euros (dont 7 millions côté filière poulets et volailles de chair également très touchée). « De quoi parlons-nous ? De 30 millions d'euros d'indemnisations ? Décalez de 48 heures la suppression de l'ISF et vous les trouverez les 30 millions ! », a lancé, au président Macron, Boris Vallaud. Le député des Landes a poursuivi, en répondant aux petites phrases de son ex-collègue à l'ENA : « notre message est lancé dans un climat de paix, on ne fout pas le bordel. Nous ne sommes pas des cyniques ni des fainéants mais des gens qui demandent à travailler ! ». Et l'élu de lancer « l'appel de la Chalosse au gouvernement : entendez-nous, entendez notre souffrance, notre impatience, notre espérance », et « allons ensemble nous battre à Bruxelles si cela est nécessaire ».
Un appel que les manifestants présents espèrent être suivi d'effets pour être mieux accompagnés dans leur difficile reprise d'activité. Car « papi et mamie n'ont plus un rond », comme le disait la pancarte des petits-enfants de Serge Mora, président du Modef. Certains gaveurs vont passer quasiment une année blanche, ayant dû abattre leurs canards, souvent sains, en décembre ou janvier et ne pouvant vendre leur nouvelle production qu'en novembre prochain... « Il faut nous aider, c'est dur psychologiquement aussi », disaient-ils tous comme un seul homme samedi matin, avec la fierté de continuer à produire ce fleuron de la gastronomie française.

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Economie 16 juin 2016

Tosse : fin de parcours pour le dialogue...

Economie 03 novembre 2016

Les élus du Département en soutien à la...

Economie 01 juillet 2014

Feu vert à la reprise de Gascogne

Economie 29 octobre 2015

Le nouveau souffle du tourisme landais

Economie 22 juin 2017

Le Projet résidentiel et touristique à...

Economie 16 novembre 2015

AgroLandes : l'agroalimentaire de demain

Economie 31 mars 2016

Le débat sur le projet de Tosse confisqué...

Economie 17 décembre 2015

Aqualia, l'alliance de géants landais