Medialandes
Economie
06 mars 2018

Agriculture | Partager le matériel et se serrer les coudes

Se regrouper pour organiser le travail et l'entraide, tel est le principe des Coopératives d'utilisation du matériel agricole. Exemple à la CUMA de Toulouzette qui fête ses 60 ans.
1326 vus
La CUMA de Toulouztte compte une soixantaine d'adhérents © Sébastien Zambon | Dpt40La CUMA de Toulouztte compte une soixantaine d'adhérents © Sébastien Zambon | Dpt40

Se regrouper pour organiser le travail et l'entraide, tel est le principe des Coopératives d'utilisation du matériel agricole, un pan méconnu de l'ESS. Exemple à la CUMA de Toulouzette qui fête ses 60 ans.

« C'est de l'entraide et de la solidarité par de la mutualisation des coûts »

Si ce n'est l'irrigation, il y a, dans les trois hangars de la CUMA de Toulouzette, « à peu près tous les outils pour tout faire de A à Z , de la fertilisation au transport de palmipèdes », explique Jacques Lalanne, président de la coopérative agricole créée en 1958 par une quinzaine d'agriculteurs autour du battage-pressage. Aujourd'hui, ils sont une soixantaine d'adhérents et autant de machines à disposition (moissonneuse- batteuse, herse, déchaumeuse...). « Le but est d'amortir plus facilement les outils pour avoir un prix de revient raisonnable tout en rendant service aux adhérents », « c'est de l'entraide et de la solidarité par de la mutualisation des coûts », poursuit le gaveur de canards et exploitant de maïs et soja qui n'aurait, comme ses collègues, évidemment pas les moyens d'immobiliser des machines pour rien quand il ne s'en sert pas.

Prix selon utilisation

Le coût est évalué outil par outil et selon le volume de travail effectué par chacun, selon des calculs très précis. Ainsi par exemple, un tracteur charrue dont la valeur neuve se situe autour de 84 000 €, sera facturé, hors charges fixes, autour de 23 € l'heure à l'adhérent, avec l'assurance d'un matériel moderne en état, régulièrement contrôlé par le salarié de la coopérative. « C'est comme à la carte, chacun adhère pour les outils dont il a besoin et on comptabilise le temps d'utilisation », note le trésorier adjoint de la CUMA aux 238 000 € de chiffre d'affaires, Eric Ducasse, lui-même dans le canard et les céréales.
Nées après guerre pour relever le défi de l'autosuffisance alimentaire et du développement industriel en libérant des bras, les CUMA sont aussi un véritable lieu de vie et de lien social : il n'est d'ailleurs pas étonnant qu'il existe parfois une corrélation forte entre la présence de CUMA dynamiques sur un territoire et des installations d'agriculteurs.

EN CHIFFRES
11 000 agriculteurs-adhérents et 590 salariés permanents ou saisonniers dans 404 CUMA dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, selon la Fédération locale. Au total, sur ce territoire, les CUMA pèsent 21 M€ de chiffre d'affaires et 11 M€ d'investissement annuel moyen.
27 adhérents, 20 matériels et 51 000 € de chiffre d’affaires, c'est la taille d'une CUMA moyenne.

Plus d'infos
www.bearn-landes-paysbasque.cuma.fr

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Economie 16 mai 2018

Le Splendid de Dax renaît !

Economie 03 novembre 2016

Les élus du Département en soutien à la...

Economie 17 décembre 2015

Aqualia, l'alliance de géants landais

Economie 16 juin 2016

Tosse : fin de parcours pour le dialogue...

Economie 01 juillet 2014

Feu vert à la reprise de Gascogne

Economie 22 juin 2017

Le Projet résidentiel et touristique à...

Economie 29 octobre 2015

Le nouveau souffle du tourisme landais

Economie 16 novembre 2015

AgroLandes : l'agroalimentaire de demain