Medialandes
Culture
04 juillet 2019

« Être flamenco », à Mont-de-Marsan et ailleurs

En pleine semaine de duende, les légendes côtoient les nouveaux talents pour le 31e Arte Flamenco, un festival bien ancré dans le territoire et amené à prendre un nouveau souffle.
387 vus
Compagnie Eva Yerbabuena - © S. Zambon | Dpt 40Compagnie Eva Yerbabuena - © S. Zambon | Dpt 40

En pleine semaine de duende, les légendes côtoient les nouveaux talents pour le 31e Arte Flamenco, un festival bien ancré dans le territoire et amené à prendre un nouveau souffle.

l y a là, écrit Serge Airoldi, « des lions, des tigres, des panthères qui chantent, qui dansent, battent la cadence de Dieu & Diable, qui griffent le plein, le vide, le ciel, l'amour, la mort, la néance, et aussi un jaguar qui, une fois, les a photographiés au plus profond de leur mystère sans d'autre mystère que la terre, la poussière, le son noir ». Ce jaguar, c'est Michel Dieuzaide dont le travail de vie en noir et blanc au milieu de gitans est exposé, jusqu'au 21 juillet, au musée Despiau-Wlérick.

Tri-porteur en scène de rue

Dans les barrios d'Almería, au cœur d'un mariage gitan de Jerez où la cuisinière vient danser au milieu des convives, ou au plus près de Pedro Bacán et Tío Juane... Une exposition où courir pour mieux savoir ce que c'est d'« être flamenco ». Eva Yerbabuena qui a ouvert mardi 2 juillet la semaine andalouse à l'Espace François-Mitterrand, le sait bien, du plus profond d'elle-même. Avec son épatant quatuor d'hommes alternant avec elle les danses sur scène, l'artiste internationale a, de robe rouge à pois noirs en bolero rose et châle fleurs et or, amené ses tacones à la vitesse de la lumière.

Dès mercredi, le Café Cantante a conservé sa réputation de lieu magique avec les apparitions de María Terremoto et Mercedez Ruiz. La semaine se poursuit et y sont particulièrement attendus jeudi le cantaor José Valencia, tout en puissance et volupté, vendredi Joaquín Grilo et ses pieds de folie, et samedi la grande Inès Bacán, entre pudeur et sincérité. En clôture, Olga Pericet viendra restituer son travail de création autour de la légende Carmen Amaya, après sa résidence artistique au festival montois l'an passé.

Nouveauté côté flamenco de rue, le tri-porteur vintage qui s'ouvre pour devenir scène et déambule de la place Saint-Roch aux bords de rivière Et toujours le festival off partout dans la ville.

Culture et liberté

Entre partenariat avec l'Education nationale pour une version flamenca de Notre-Dame-de-Paris avec les écoliers de Castaignos-Souslens, et représentation à l'hôpital Sainte-Anne, « le festival vit dans toutes ses dimensions et renvoie à la mission première du Département : la solidarité », a souligné, en ouverture, Xavier Fortinon : la culture et la création « offrent aussi la chance de la liberté. Et être flamenco, n'est-ce pas d'abord être libre ? ».

A l'occasion de cette 31e édition, le président du Conseil départemental a, par ailleurs, assuré qu'il était temps de « donner à Arte Flamenco un nouveau souffle en renforçant son développement territorial et le soutien à la création pour des actions à l'année ». « 30 ans, c'est souvent l'âge où on se pose les bonnes questions avant la quarantaine, merci de nous associer à cette réflexion », a abondé le maire de Mont-de-Marsan, Charles Dayot. Objectif : faire évoluer le festival pour mieux le pérenniser tout en conservant l'esprit qui fait sa force.

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Culture 16 mars 2017

Les Landes, terre de tournages

Culture 04 mai 2017

Les petits princes du flamenco

Culture 02 octobre 2018

La médiathèque numérique relookée et...

Culture 09 mars 2017

Musicalarue soutenu par les collectivités...

Culture 05 avril 2018

Un 30e Arte Flamenco « festif,...

Culture 20 avril 2017

Patricia Guerrero en vedette au festival...

Culture 07 juillet 2016

Des petits Landais séduits par l'art andalou

Culture 12 mars 2018

A Saint-Paul-en-Born, la gare est un lieu d'art