Entre ciel, terre et mer
Culture
05 juillet 2018

Arte Flamenco, 30e !

Pluie d'étoiles flamencas, baile, compás et duende… Le 30e festival Arte Flamenco inonde toute la semaine Mont-de-Marsan de spectacles puissants et émouvants. Pour le rayonnement de tout un territoire.  
1189 vus
<em>Una oda  al tiempo</em> de la Cia María Pagés lundi 2 juillet - © S. Zambon | Dpt40Una oda al tiempo de la Cia María Pagés lundi 2 juillet - © S. Zambon | Dpt40

Pluie d'étoiles flamencas, bailecompás et duende… Le 30e festival Arte Flamenco inonde toute la semaine Mont-de-Marsan de spectacles puissants et émouvants. Pour le rayonnement de tout un territoire.

Il ne fallait pas être devin pour prédire que Farruquito et Juana Amaya allaient littéralement embraser le Café Cantante hier soir de toute leur classe. Avant eux, mardi sur la scène intimiste montoise, les frères Jacoba et Israel Fernández ont dépoussiéré l'art andalou tandis que la poésie joyeuse et mélancolique d'Olga Pericet, en résidence de création le reste de la semaine, a émerveillé les spectateurs. La veille, en ouverture, c'est la grande María Pagés qui avait illuminé l'Espace François-Mitterrand avec son Ode au temps : châles virevoltants sous la lune, solo puissant, sublimes scènes de troupe dont celle entêtante des tacones et cannes frappant le sol.

Le off partout

A venir, ce soir, l'héritier du regretté Paco de Lucía, Vicente Amigo et ses doigts magiques sur sa guitare qui fait voyager, avant vendredi l'étonnant duo piano-contrebasse de Dorantes/Garcia-Fons et la très attendue fête autour du showman Antonio Canales et ses amis. En clôture, le traditionnel ballet du samedi dévoilera l'esthétique et l'ingéniosité de Jesús Carmona dans Impetu's. Et toujours le off partout dans la ville, des stages pour tous, spectacles pour enfants et animations en Ehpad ou à l'hôpital psychiatrique...

Bref, une semaine particulièrement riche pour la 30e édition d'un festival pas comme les autres, devenu une référence dans le mundillo. Un pari un peu fou au départ, initié en 1989 par Henri Emmanuelli et sa femme Antonia, auxquels Xavier Fortinon a rendu un hommage appuyé. « Ici les racines andalouses ont trouvé une terre fertile », s'est ému lundi le président du Conseil départemental, dans la chaleur toute andalouse du Musée Despiau-Wlérick qui accueille une belle exposition de 13 photographes spéciale 30e anniversaire. Comme un « prologue avant les fêtes de la Madeleine », Arte Flamenco fait partie de « l'ADN de notre cité », a abondé le maire Charles Dayot.

Avec un budget global de 1,4 M€, le festival aux 28 000 spectateurs participe incontestablement au rayonnement et à l'attractivité du territoire : « placer la culture, porteuse des valeurs essentielles de tolérance, respect ou de liberté de conscience, au cœur des politiques publiques est toujours un pari gagnant malgré les refrains sur les coupes budgétaires », a insisté M. Fortinon, projetant Arte Flamenco dans l'avenir. Le Guadalquivir n'est pas près de s'arrêter de couler dans la Midouze, chaque début juillet. Olé !

Toute le programme ici

 

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Culture 04 mai 2017

Les petits princes du flamenco

Culture 16 mars 2017

Les Landes, terre de tournages

Culture 09 mars 2017

Musicalarue soutenu par les collectivités...

Culture 20 avril 2017

Patricia Guerrero en vedette au festival...

Culture 05 avril 2018

Un 30e Arte Flamenco « festif,...

Culture 07 juillet 2016

Des petits Landais séduits par l'art andalou

Culture 20 décembre 2017

Lecture buissonnière au pied du sapin

Culture 12 mars 2018

A Saint-Paul-en-Born, la gare est un lieu d'art