Landes imaginactions
Culture
14 juin 2018

30e Arte Flamenco : la chorégraphe et danseuse Olga Pericet le 3 juillet

Présence magnétique et énergie féroce tout en délicatesse et précision, la chorégraphe de Cordoue enchevêtre tradition et avant-garde. Mont-de-Marsan l’attend de pied ferme.
1364 vus
© Paco Villalta© Paco Villalta

Présence magnétique et énergie féroce tout en délicatesse et précision, la chorégraphe de Cordoue enchevêtre tradition et avant-garde. Mont-de-Marsan l’attend de pied ferme.

En plus de son spectacle, et dans une commande spéciale « 30e anniversaire » du plus grand festival flamenco hors d'Espagne, Olga Pericet explorera, durant la semaine, de nouvelles facettes de son art, elle qui mène un travail de recherche de fond sur la métaphysique du flamenco.

La espina que quiso ser flor... c'est une histoire de femmes et de pouvoir ?

C'est un voyage artistique de femme, personnel et moderne dans un univers poétique où le masculin et le féminin jouent d'égal à égal. Ce qui m'a beaucoup plu dans ce spectacle, c'est de montrer le pouvoir des femmes à travers des corps différents, via les costumes notamment. Je m'amuse par exemple avec des talons dans mes mains comme un jeu sur l'identité transformée de la femme, dans un flamenco qui va de la tristesse la plus profonde à la joie la plus intense.

Vous serez également en résidence de création durant toute la semaine à Mont-de-Marsan sur les traces des gestes et silences de la grande Carmen Amaya (1913-1963)...

Je suis très heureuse et très impatiente d'y être et je remercie tout d'abord l'organisation pour son appui et son implication dans ce travail. J'ai hâte de voir ce qu'il va se passer dans ce théâtre classique, comment mon corps va réagir. Ce n'est pas un mini-spectacle ni quelque chose d'abouti, ce sera véritablement une démonstration de recherche, dans l'intimité de la création, la fragilité du travail conceptuel et l'interaction avec le public.

Retrouvez Olga Pericet dans La espina que quiso ser flor, o la flor que soñó con ser bailaora mardi 3 juillet à 20 h au Café Cantante.
En première partie de soirée, les frères Carlos et David de Jacoba et leur compagnon de route Israel Fernández pour un concert chant et guitare.
Plus d’infos et billetterie sur arteflamenco.landes.fr

Los Silencios de Carmen, samedi 7 juillet à 17 h au Théâtre Le Molière. Gratuit dans la limite des places disponibles.

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Culture 04 mai 2017

Les petits princes du flamenco

Culture 16 mars 2017

Les Landes, terre de tournages

Culture 09 mars 2017

Musicalarue soutenu par les collectivités...

Culture 20 avril 2017

Patricia Guerrero en vedette au festival...

Culture 05 avril 2018

Un 30e Arte Flamenco « festif,...

Culture 07 juillet 2016

Des petits Landais séduits par l'art andalou

Culture 02 octobre 2018

La médiathèque numérique relookée et...

Culture 12 mars 2018

A Saint-Paul-en-Born, la gare est un lieu d'art