Bien vieillir dans les Landes - Téléalarme
Aménagement
23 janvier 2019

LGV : le Parlement en dernier recours

Seuls des amendements à la loi mobilités pourraient remettre sur les rails la LGV Bordeaux-Mont-de-Marsan-Dax en direction de l’Espagne.
606 vus
© F. Cottereau | SUD-OUEST© F. Cottereau | SUD-OUEST

Seuls des amendements à la loi mobilités pourraient remettre sur les rails la LGV Bordeaux-Mont-de-Marsan-Dax en direction de l’Espagne.

Unanimes. Lors des vœux de la Chambre de commerce et d’industrie des Landes le 21 janvier, tour à tour le président de la CCI Philippe Jacquemain, le président du Département des Landes Xavier Fortinon et le vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine Renaud Lagrave ont déploré que le projet de loi sur les mobilités rejette aux calendes grecques, c’est-à-dire au-delà de 2037, la réalisation de la nouvelle ligne LGV entre Bordeaux et l’Espagne via Mont-de-Marsan et Dax.

« Il y a un an, nous étions, élus et socio-professionnels, tous réunis pour demander l’inscription de cette LGV dans la loi. Le gouvernement ne nous a pas entendus. C’est une grande déception » a reconnu Philippe Jacquemain.

Les Landais, grands perdants

Une déception partagée par le président du Conseil départemental des Landes Xavier Fortinon. « Les Landaises et les Landais seront les grands perdants. Pas de ligne LGV, cela veut dire pas de nouveau sillon pour le fret et donc toujours autant de camions sur les routes landaises. Ce n’est pas bon pour la sécurité, ce n’est pas bon pour nos infrastructures qui se dégradent, ce n’est pas bon non plus pour les échanges commerciaux avec notre voisin espagnol, ce n’est pas bon enfin pour la vie quotidienne des habitants car l’absence d’une ligne nouvelle va freiner le développement des trains du quotidien. »

Continuer à se battre

Vice-président en charge des Transports à la Région, Renaud Lagrave est revenu dépité de son rendez-vous avec la ministre des Transports Elisabeth Borne. « Elle a balayé un à un tous nos arguments. C’est une lourde responsabilité car cette décision va rendre caduque la déclaration d’utilité publique signée par son prédécesseur Alain Vidalies. Notre région est la grande sacrifiée de l’aménagement ferroviaire du territoire. De l’autre côté de la frontière, les Espagnols ne comprennent pas. Eux sont prêts. Mais nous ne pouvons pas nous résigner. Le projet de loi va arriver au Parlement début mars. Il faut continuer à nous battre et prendre des initiatives fortes pour que des amendements soient introduits et adoptés, sinon nous ne serons pas près de voir la LGV au sud de Bordeaux. »

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Aménagement 27 août 2014

XL’R : Deux départs supplémentaires sur...

Aménagement 10 mars 2016

A Artassenx, le centre-bourg sécurisé face...

Aménagement 24 mai 2018

Revitalisation des centres-bourgs : le...

Aménagement 08 février 2018

La LGV Bordeaux-Dax sous la menace d’un...

Aménagement 04 février 2016

Travaux : le Département sur les ponts

Aménagement 28 février 2018

LGV : « Il ne peut y avoir ni pause, ni...

Aménagement 20 janvier 2015

Contournement des A63 et A65 : en finir...

Aménagement 19 septembre 2014

Le transport public joue la carte de la...