Découvrez le Pack XL Jeunes
Aménagement
04 février 2016

Travaux : le Département sur les ponts

Le réseau routier départemental compte 1 100 ponts. Des ouvrages d'art qui nécessitent un entretien et des réparations parfois contraignantes mais indispensables, comme hier à Pissos ou aujourd'hui à Cazères-sur-l'Adour
2196 vus
Les travaux du pont de Pissos ont été achevés avec un mois d'avance sur la date prévue. © S. Zambon | Dpt40Les travaux du pont de Pissos ont été achevés avec un mois d'avance sur la date prévue. © S. Zambon | Dpt40

Pas simple d’engager des travaux sur un pont quand on sait que le franchissement de rivière le plus proche oblige à un détour de plusieurs kilomètres. Pourtant l’entretien et parfois les interventions sont indispensables. Leur état fait d’ailleurs l’objet d’une méthode d’évaluation appliquée sur l’ensemble du territoire national et qui permet de les classer en 5 catégories – de bon état à état très altéré –.

À l’échelle du département des Landes, qui recense un patrimoine de 1 100 ponts, 73 % sont considérés en bon état, 22 % nécessitent une intervention d’ici 3 à 5 ans et 5 % doivent faire l’objet de réparations voire de reconstructions. C’est au service Études et Grands travaux neufs routiers et aux unités territoriales de la direction de l’Aménagement du Conseil départemental qu’incombent l’entretien, la réparation et la construction des ouvrages du réseau routier départemental qui enjambent rivières et routes dans le cadre d’un plan triennal.
Les travaux sont indolores pour l’usager quand il s’agit d’un ouvrage neuf ou de la réparation de parties d’ouvrage hors chaussée. Mais ils nécessitent des coupures de circulation lorsqu’il s’agit de refaire l’étanchéité comme ce sera le cas en 2016 sur le pont de la Coudette franchissant l’Adour via la RD29 à Cauneille et Sorde l’Abbaye.  

Autre grand chantier qui démarre tout juste, celui du pont métallique enjambant l’Adour à Cazères-sur- l’Adour. L’ouvrage de 120 mètres de long réalisé en 1880 par l’ingénieur Gustave Eiffel, classé monument historique, nécessite d’importantes réparations : remplacement des pièces porteuses, réfection du tablier en caisson, décapage et remise en peinture de l’ensemble, y compris désamiantage… Soit six mois mois pour un chantier particulièrement délicat.

 « Monument historique, cela signifie que nous devons maintenir ce pont dans son état originel et que le cahier des charges de l’intervention est drastique, précise Xavier Fortinon, premier vice-président du Conseil départemental en charge des infrastructures. Il faut reconstituer l’ouvrage avec les méthodes et techniques de l’époque de construction. En faisant appel à des sociétés très spécialisées. Nous mesurons les répercussions économiques de cette coupure sur le commerce local et les moyens ont été engagés pour que les travaux se déroulent le plus rapidement possible. Mais c’est un chantier d’une absolue nécessité ».
Nécessaire, comme le seront en 2017 la reconstruction du pont de la route du marais d’Orx à Labenne et les gros travaux d’entretien du Vieux-Pont à Dax, pour lesquels les études sont actuellement en cours.

COMMENTAIRES

 

ARTICLES LES PLUS LUS

Aménagement 27 août 2014

XL’R : Deux départs supplémentaires sur...

Aménagement 10 mars 2016

A Artassenx, le centre-bourg sécurisé face...

Aménagement 24 mai 2018

Revitalisation des centres-bourgs : le...

Aménagement 08 février 2018

La LGV Bordeaux-Dax sous la menace d’un...

Aménagement 28 février 2018

LGV : « Il ne peut y avoir ni pause, ni...

Aménagement 04 février 2016

Travaux : le Département sur les ponts

Aménagement 20 janvier 2015

Contournement des A63 et A65 : en finir...

Aménagement 19 septembre 2014

Le transport public joue la carte de la...